Aux bénévoles!

En février 2018, le RIF-SK a participé pour la première fois au Heritage Festival of Saskatoon!

En effet, le RIF-SK s’est proposé pour coordonner un Espace Immigration Area bilingue célébrant la diversité du patrimoine de notre province. Pas moins de 6 organisations se sont jointes à l’aventure: Regina Region Local Immigration Partnership (RRLIP), Saskatoon Open Door Society (SODS), Global Gathering PlaceInternational Women of Saskatoon (IWS), la Société historique de la Saskatchewan (SHS) et le RIF-SK.

Et pour la première fois, le RIF-SK s’est entouré de bénévoles pour faire de l’Espace Immigration Area au sein de festival un lieu de rencontre et d’échange convivial. Le RIF-SK a ainsi pu bénéficier du soutien de l’Association des parents fransaskois (APF), du Conseil des écoles fransaskoises (CÉF) et de la Société historique de la Saskatchewan (SHS) qui ont généreusement mobilisé leur réseau pour le RIF-SK.

bénévoles HFOS 2018
Photo du haut: certains représentants des organismes partenaires de l’Espace Immigration Area | Photo du bas: Elvira Sessou, bénévole souriante et dynamique de l’AJF à la table du RIF-SK

Au total, sept bénévoles nous ont ainsi rejoints le 4 février : Liberté Gagné (APF), Amy-Valérie Olivier (CÉF), Elvira Sessou (AJF), Rebecca Zakreski (SODS), Ashley Vercammen (SODS), Déborah Chevalier (SHS) et Alice Gaudet (SHS). Le RIF-SK a remis une attestation de bénévolat à Liberté Gagné, Amy-Valérie Olivier et Elvira Sessou pour souligner leur contribution exceptionnelle à l’animation de la table du RIF-SK.

Un grand merci à ces bénévoles qui rendent notre engagement communautaire possible et si plaisant!

Carol Brouwers du RRLIP

La coordination du RIF-SK travaille de concert avec le Regina Region Local Immigration Partnership (RRLIP), qui est une initiative communautaire locale financée par IRCC. Le RRLIP realise à l’échelle locale un travail qui s’apparente à celui que réalise le RIF-SK, à l’échelle provinciale. L’équipe du RRLIP comprend Carol Brouwers, coordinatrice, Laura Strong, chargée de projets et Deborah Stevens, adjointe administrative.

photo RRLIP-In-Tac project
Carol Brouwers, coordinatrice du RRLIP (à droite) s’adressant à Ronald Labrecque, directeur-adjoint de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), pendant que Brandi Arnold, de Regina Police, répond aux questions relatives à la sécurité en ville. Session In-TAC, 7 février 2018.

La coordination du RIF-SK siege aussi sur le conseil du Regina Region Local Immigration Partnership (RRLIP). Le RIF-SK est ainsi en contact avec les acteurs du secteur de l’immigration anglophone dans la région de Regina. Cela permet d’échanger bonnes pratiques et ressources. Par exemple, le RRLIP a coordonné le projet In-Tac Regina auquel l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) a participé au nom de la communauté francophone, à la demande du RIF-SK. 

Cet atelier en ligne  a permis à une cinquante d’immigrants chinois de suivre une présentation de 30 minutes sur la vie à Regina, puis de poser des questions pendant 30 minutes sur des points aussi variés que les programmes d’ingénieur, la disponibilité des taxi, les rapports avec la police, pour ne citer que ces exemples. Les membres du conseil presents ont pu répondre directement à certaines questions en lien avec leur secteur d’activités. La rétroaction reçue au terme de l’atelier a été très positive:

« Congratulations to you for such a successful workshop on Regina! On behalf of the In-TAC Pre-arrival team, I would like to thank you for your well prepared and well delivered online workshop on Regina. 50 clients from China had attended the workshop and they were very satisfied with the information you presented. They enjoyed the Q and A session. It is a true pleasure to work with you and amazed to learn how technology can play a role in helping us provide quality services to clients thousands of miles away. » (Source: Monthly Update from the RRLIP Project Office, February 2018)

 

Rencontre avec Jérôme Melançon

Le RIF-SK a participé cette année à la cinquième conférence organisée par le groupe de recherche Voies vers la prospérité, financé par IRCC, qui s’est tenu les 16 et 17 novembre 2017, à Toronto. Ce groupe est, en fait, selon leur  site Web, « une alliance visant à favoriser des communautés accueillantes promouvant l’intégration civique, économique et sociale des migrants et des minorités au Canada. »

C’est dans ce contexte que le Centre canadien de recherche sur les francophonies en milieu minoritaire (CRFM), organisme membre du RIF-SK,  a pu être représenté en la personne de Dr. Jérôme Melançon, directeur du CRFM. Nous lui avons posé quelques questions.

En quoi participer à VVP est important pour le CRFM ?

Tout d’abord, le CRFM s’est engagé comme organisme collaborateur au sein du partenariat de recherche VVP. Ensuite, je cherche constamment à écouter les praticiens et praticiennes qui rencontrent les problèmes et apportent les réponses au quotidien. C’est mon rôle en tant que chercheur de relayer leurs soucis, de les examiner, de trouver les données qui aident à mieux les comprendre. Enfin, le fait d’avoir pu rencontrer des agentes d’établissement anglophones comme francophones de partout au pays me permet par ailleurs de comparer les expériences entre les milieux et les communautés d’origines diverses.

Quel projet as-tu choisi de présenter et pourquoi ?

L’inclusion, le respect de la différence, l’antiracisme et la collaboration interculturelle me tiennent à cœur. Il me semble qu’il y a souvent un écart entre les discours et les attitudes sur l’immigration et surtout sur qui peut se dire francophone et qui peut se dire fransaskois : on dit une chose, ce qui a déjà un poids important et est louable, mais on fait aussi parfois autre chose. Ensuite, vient la question de attentes à l’endroit des immigrants : les attentes qu’ont les communautés francophones à l’endroit des immigrants sont-elles justes ? Qu’arrive-t-il s’ils ne sont pas en mesure de répondre à ces attentes ?

Quelle a été la réaction du public ?

Il semble que plusieurs autres participants se posent des questions similaires. Certains auraient aussi aimé avoir la chance de réfléchir davantage au côté de la question qui a trait non seulement à ce que nous faisons et pouvons faire, mais aussi sur ce que nous devrions faire ou éviter.

En quoi ton expertise de chercheur est-elle profitable aux organismes siégeant à la table de concertation du RIF-SK ?

En tant que chercheur, je travaille aussi avec une catégorie d’immigrants qu’on oublie souvent : les étudiantes et étudiants internationaux. Plusieurs viennent à Regina pour apprendre et pourraient décider d’y rester si leur expérience des communautés francophones est positive et enrichissante et s’il y a des occasions de travailler après l’obtention de leur diplôme. C’est là un de mes espoirs à moyen terme, de faciliter la rétention de ces étudiants et étudiantes.

Vous souhaiter contacter Dr. Jérôme Melançon? Faites-le par courriel à jerome.melancon@uregina.ca ou par téléphone au 306.585.5243